LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CARPIAGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: CARPIAGNE   Mar 18 Sep - 9:06:47

LA MARSEILLAISE
L’incendie de Carpiagne en cendres judiciaires
17-09-2012
Dernière mise à jour : ( 17-09-2012 )


Tout s’organise pour disculper l’armée de sa séance de tir incontrôlé à balles traçantes. Pas une commune sinistrée ne s’est constituée partie civile. Un avocat met en demeure Marseille de le faire !

« A défaut d’avoir pu étouffer l’incendie à temps, qu’on n’étouffe pas l’affaire ! » C’est le doux avertissement lancé par Frédéric Sarazin, l’avocat de plusieurs victimes outrées de constater que trois ans après le grand incendie de Carpiagne de juillet 2009, tout semble se mettre en place pour circonscrire judiciairement l’affaire et ménager l’armée de ce désastre couleur kaki qu'elle regarde d'abord et avant toute autre considération comme « une crise majeure à retentissement national et fort impact médiatique ».
Parti le 22 juillet à 13h30 de l’arrière de la butte de protection du champ de tir du camp militaire où s’exerçaient 5 légionnaires du 1er régiment étranger d’Aubagne sous les ordres d’un adjudant-chef qui leur avait malencontreusement laissé des balles traçantes, le feu attisé par un vent violent avait galopé vers les crêtes et dévalé le versant nord du massif de Saint-Cyr jusqu’en bordure des 9e et 10e arrondissements. Il avait fallu quatre jours pour en venir à bout. Bilan : 1 069 hectares brûlés, 67 victimes recensées dont 15 propriétaires.


En rouge sur le chemin du stand : « Tirs balles traçantes interdits ! »
Personne ne s’est risqué à chiffrer le sinistre. Le seul coût d’intervention de quatre Canadairs, du Dash 8 et de 500 pompiers mobilisés, avec leur matériel, doit être vertigineux. Curieusement, aucune commune ne s’est constituée partie civile pour demander réparation. « Ils étaient tous devant les caméras pour s’indigner en chœur avec le premier ministre mais ni Marseille, ni Cassis, ni Carnoux, ni le département gestionnaire du domaine maritime des calanques n’ont bougé », observe Me Sarrazin. En qualité de contribuable, il a donc mis en demeure la Ville de Marseille de se constituer partie civile. Si d’ici le 30 septembre elle ne le fait pas, son silence valant rejet implicite, l’avocat se réserve la possibilité de le faire pour elle, comme le prévoit le code général des collectivités territoriales.
D’alerter aussi la Ville de Marseille du peu de temps qu’il lui reste pour saisir le tribunal administratif afin d’engager la responsabilité de l’armée. « Après le 31 décembre 2012, c’est cuit ! » Car bien évidemment le pauvre militaire qui n’a sûrement pas voulu tout ça, ne pourra seul assumer sa faute de service.
L’adjudant-chef de 45 ans avait omis de retirer des caisses de munitions les balles traçantes formellement proscrites à Carpiagne. Il a bénéficié le 8 novembre 2011 d’un non lieu pour «blessures et destruction involontaires du bien d’autrui par incendie dû à la violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». Seule la « violation de consigne » a été retenue. « On a tiré, on a mis le feu, on est intervenus mais ça nous a échappé. (…) Je ne suis pas sûr qu’on les ait toutes enlevées », avait-il expliqué à son commandant, ne pensant pas que les munitions traçantes pouvaient ricocher au-dessus de la butte. Depuis, il a été muté avec promotion en Corse.
Ce non-lieu des juges d’instruction Carole Sayous et Annaïck Le Goff a été béni par le parquet de Marseille, d’accord avec elles pour dire qu’ « aucun des 4 fragments [de munitions] retrouvés sur le lieu d’éclosion de l’incendie ne correspondait à des restes d’une des balles traçantes tirées le 22 juillet par le détachement de l’adjudant ». Rien ne prouve « que ce soit l’une de ces munitions fautivement tirées qui ait été à l’origine de l’incendie du 22 juillet ».
Ce qui revient à jeter de la cendre sur un large faisceau d’indices. Même l’enquête du régiment d’Aubagne reconnaît que sur 1 304 munitions tirées le matin, 262 étaient des balles traçantes. Et on ne retrouverait que 4 fragments des tirs en cascade de Famas alors que sur place on peut encore en ramasser des sacs entiers ?! L’« important piétinement sur la zone de départ supposée du feu » n’a pas permis aux gendarmes d’en recueillir davantage... L’armée enquêtant sur l’armée, ça n’est jamais terrible en procédure. La gendarmerie s’est en effet vu confier des actes d’investigation et l’expertise balistique qui n’a vu que du feu est celle du centre technique de la Gendarmerie nationale, éminent par ailleurs.


« Investigations incomplètes »
L’apparence d’impartialité est une vertu cotée en chambre de l’instruction. Saisie sur appel de Me Frédéric Sarrazin, elle a désavoué le 21 mars 2012 le non-lieu des juges d’instruction marseillais, leur faisant pudiquement grief d’avoir accompli des « investigations incomplètes » et de n’avoir même pas recherché « la raison d’être de l’interdiction catégorique d'emploi de munitions traçantes sur les champs de tir de Carpiagne en toutes périodes de l’année ».
Reprenant la main, la Chambre a sursis à statuer et désigné le juge Pierre Philipon pour faire rechercher si un tir direct ou en ricochet, à balle ordinaire ou traçante, est susceptible d’initier un feu. De lui suggérer d’interroger les autorités britanniques qui fabriquent ces balles au phosphore, et sans le dire de désigner un expert véritablement indépendant. Six mois plus tard, le dossier Carpiagne n’a pas bougé du bureau.

David COQUILLE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CARPIAGNE   Mar 18 Sep - 9:07:25

Revenir en haut Aller en bas
 
CARPIAGNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» portes ouvertes de Carpiagne
» CARPIAGNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: LES REGIMENTS ET UNITES DE LA LEGION ETRANGERE :: 1° Régiment Etranger . :: ACTUALITES-
Sauter vers: