LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE BOUDIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: LE BOUDIN   Ven 18 Jan - 19:10:03

Tiens voilà du boudin
« Tiens voilà du boudin, voilà du boudin, voilà du boudin. Pour les Alsaciens, les Suisses et les Lorrains… Pour les Belges, y en a plus. Pour les Belges y en plus… Ce sont des tireurs au cul… » En 1850, le chef de musique au 2e RE ,Wilhelm, compose une première version qui deviendra le chant officiel de la Légion sur une musique datant de 1840. L’anecdote du boudin peut trouver son origine dans la toile de tente roulée sur le sac et qu’on appelait volontiers le produit charcutier. Une version qui semble tout à fait inexacte, situe l’origine de ces paroles avant l’embarquement de la Légion pour le Mexique. Le régiment étranger est rassemblé en Normandie pour y parfaire ses préparatifs en vue d’une campagne lointaine aux conditions climatiques particulièrement pénibles. La tenue est aménagée en conséquence et l’on adopte un paquetage allégé, porté en bandouillère surnommé « boudin » en raison de sa forme. Apprenant que la Légion étrangère doit être engagé dans ce conflit, le roi des Belges, Léopold 1er, invoquant le besoin de neutralité de son jeune royaume déjà bien compromis par sa fille Charlotte, épouse de Maximilien, intervient auprès de Napoléon III pour qu’aucun de ses sujets ne participent aux opérations projetées. L’Empereur acquiesce à cette requête et donne l’ordre de renvoyer en Algérie les ressortissants belges. Au rassemblement des unités suivant, on fait sortir des rangs les légionnaires concernés et on leur fait réintégrer le fameux paquetage spécial. Ignorant les raisons diplomatiques de cette réintégration, les légionnaires marquent de leur réprobation de l’éviction de leurs camarades belges et chantent avec ironie les paroles célèbres. Une autre version plus plausible semble trouver ses sources dans la diminution des effectifs de la Légion et une décision, ministérielle du 6 mars 1871, rappelée par une circulaire du 27 nov. 1873, qui suspend d’une manière générale les engagements volontaires des étrangers et spécifie que les Alsaciens Lorrains et les Suisses peuvent seuls obtenir des autorisations. Cette règle ne fut-elle jamais tournée ? Il est permis d’en douter. Elle a cependant un résultat ; pendant cette période, le remplacement presque total des étrangers de toutes nationalités, au fur et à mesure de leur libération, par des Alsaciens, des Lorrains et des Suisses. La moyenne d’âge des légionnaires s’en trouve abaissée, car les Alsaciens Lorrains qui affluent s’engagent jeunes, mais la valeur de la Légion n’en est pas diminuée. Une troisième version, dite traditionnelle, est généralement reconnue. Avant la guerre de 1870, une version remplace le « boudin » par « les rosses ». Lorsque la guerre éclate, la France décide que la Légion étrangère doit y participer. Le roi des Belges, Léopold II, demande formellement à ce que les légionnaires ressortissants de son pays ne participe pas à ce conflit en raison de la neutralité de la Belgique afin d’éviter un « casus belli ». Le gouvernement français accède à cette demande et les légionnaires en partance pour la métropole chantent à leurs malheureux camarades, ces paroles quelque peu désobligeantes.
BOUDIN : Marche de la Légion étrangère. Au moment de la création de la Légion étrangère le règlement de manœuvres du 4 mars 1834 vient de paraître. Il fixe le nombre des batteries de tambour à vingt, non compris la batterie particulière à chaque régiment, et celui des sonneries à vingt-six non compris la marche particulière à chaque régiment. On peut supposer que cette dernière sonnerie n’est d’abord qu’un bref signal distinctif et qu’elle est adaptée à la batterie de tambour de la marche que plus tard. En effet, le duc d’Aumale, dans son ouvrage paru en 1855 « les Zouaves » page 41, écrit : « Quoique les zouaves aient inventé bien des choses en Afrique, ils ne furent cependant pas les premiers à accompagner de leurs clairons la marche de nuit de leurs tambours. La marche de nuit d’un régiment est une certaine batterie de tambour différente pour chaque corps, qui permet aux soldats de retrouver leur drapeau au milieu de la nuit ou de savoir si un signal donné par les caisses s’adresse à eux ou à un autre corps. La marche de nuit du 2e Léger fut la première qui fut mise en musique... Ceux qui ont assisté au combat du col de Mouzaïa, en 1840, se rappellent encore aujourd’hui, avec émotion, le moment où la colonne du général Duvivier, chargée d’enlever le pic principal, ayant disparu dans le brouillard, on entendit, au milieu d’une effroyable fusillade : la marche du 2e Léger. L’exemple du 2e Léger fut bientôt suivi par tous les régiments de l’armée d’Afrique. Chacun eut sa marche qui devint comme une espèce d’air national du corps et que l’on mettait quelque orgueil à faire sonner dans les moments les plus périlleux ». Les marches de régiment pour tambours et clairons ainsi créés vers 1840, ont en général seize mesures, plusieurs en ont moins, et d’autres davantage. Celle du 2e Léger en a vingt-deux. La Légion, animée d’un vif esprit de corps, n’est sans doute pas en retard pour faire accompagner de ses clairons la batterie de tambour qui doit lui servir de marche particulière depuis le moment où elle est reformée en 1836. On peut penser que sa marche, telle que nous la connaissons aujourd’hui avec vingt-quatre mesures de tambour et clairon, est antérieure au dédoublement en deux régiments d’avril 1841. Mais aucun document ne permet de l’affirmer. La Légion, de 1836, a-t-elle la même marche que la Légion créée en 1831 ? Dans quelle mesure, la marche de cette première Légion peut-elle ressembler à « la marche de nuit particulière au corps » du régiment d’Hohenlohe ou des régiments suisses, conformément à l’Ordonnance sur le service intérieur du 13 mai 1818 ? Autant de questions sur lesquelles il n’est pas possible de faire la lumière. Ce qui est certain, c’est que les vingt-quatre mesures de tambour et clairon, dont l’origine remonte vraisemblablement à 1840, entrent dans la composition d’un pas redoublé en musique, composé par Wilhelm, chef de musique du 2e Etranger de 1858 à 1861 et du régiment étranger de 1861 à l864. Les 24 mesures de tambour et clairon constituent le début et la fin de la première partie du pas redoublé ; ensuite vient un trio dans lequel trouvent place huit autres mesures de clairon ; enfin, une troisième partie répète la première. La marche de la Légion étrangère, règle depuis plus de 150 ans, l’allure imposante de ses défilés. La notation musicale est publiée pour la première fois par Roger de Beauvoir, dans son ouvrage « Légion étrangère », en 1897, sous la forme d’un arrangement pour piano que la presse du 1er Etranger imprime à la même époque, monsieur Saloinez étant chef de musique du Régiment. En 1903, Mr. Quéru, chef de musique du 2e Etranger de 1897 à 1913, fait éditer par la maison Andrieu, à Paris, la « Marche de la Légion étrangère, transcrite par Doering Quéru, chefs de musique au 2e Etranger ». Doering est chef de musique de la Légion étrangère quand elle est dédoublée en deux régiments, le 1er janv. 1885. Il devient alors chef de musique du 1er Etranger. Son rôle se borne à transmettre la marche à la musique du 2e. Mr Quéru porte la responsabilité d’y faire quelques changements. Ainsi, jusqu’alors, quand la marche est jouée par la musique, il y a, à la fin de la 8e mesure, un coup de grosse-caisse et de cymbales, la 1re fois, et deux coups la 2e fois. Mr. Quéru remplace ces coups de grosse-caisse et de cymbales, par des notes de tambour et de clairon. Cette modification n’est pas adoptée au 1er Etranger pendant que MM. Sablon (1903-1907) et Barbier (1908-1912) sont chefs de musique. C’est à l’arrivée de Mr Dussenty (1912), que ce changement est adopté. Avant 1914, il fait éditer par la maison Bajus, à Avesnes-le-Comte, la « Marche de la Légion étrangère, par Wilhelm, ex-chef de fanfare au 1er Etranger, arrangée par A. Dussenty, chef de musique de 1ère classe au 1er Etranger ». Dans son arrangement, Mr. Dussenty ajoute, à la fin de la 9e mesure, les mêmes notes de clairon que Mr Quéru. La guerre fait oublier définitivement la notation primitive. En 1931, lors des fêtes du centenaire à Sidi-bel-Abbès, la marche de la Légion est jouée par les musiques des quatre premiers régiments étrangers, avec la modification Quéru Dussenty, que les éditeurs de musique, puis de disques (Pathé 96177) contribuent à répandre partout. Le capitaine Lehuraux, dans son livre « Chants et Chansons de l’Armée d’Afrique » édité à Alger, chez Soubiron, en 1933, donne, pour la marche de la Légion, des paroles qui, dans leur ensemble, paraissent peu postérieures à l’expédition du Tonkin. Celles du début datent certainement des années qui ont suivi 1871, pendant lesquelles les engagements ont été, en principe, réservés aux Alsaciens et aux Lorrains et aux Suisses, et l’on peut constater combien elles s’adaptent exactement à la notation primitive des 8 premières mesures. Avant ces paroles longtemps traditionnelles, n’en y a-t-il jamais existé d’autres ? Les troupiers en ont toujours trouvé pour accompagner les refrains. Qui peut maintenant nous dire s’il y a toujours été question de boudin à la Légion et à qui les légionnaires voulaient bien en donner avant 1870 ? Une nouvelle chanson dont la musique est celle de « la marche de la Légion », a récemment vu le jour au 1er Etranger. Elle est assez différente de celle, très connue, qu’avait donnée le capitaine Lehuraux, mais l’auteur a heureusement bien voulu respecter les paroles du début. Pour tous les légionnaires, et pour tous ceux qui les connaissent, la célèbre « marche de la Légion étrangère » reste donc et restera : « le Boudin ».



Texte de Monsieur Remy Christian d’après le col P. Guinard, lieutenant et capitaine au 1er Etranger 1897-1910. copié sur le site de l'AALE du paix d'Aix.
Revenir en haut Aller en bas
 
LE BOUDIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien qu'un gros boudin! ( + autres)
» C'est pour qui le boudin-purée ?
» La Compagnie du Boudin Carbonisé recrute!
» STAR BOUDIN WARS
» Dandelo [Clown & Magicien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: LA MUSIQUE ET SERVICES DE LA LEGION - SES TRADITIONS :: LES TRADITIONS A LA LEGION -CAMERONE - LES TENUES - LES INSIGNES-
Sauter vers: