LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Newsletter 13/15 de l'AALEME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: La Newsletter 13/15 de l'AALEME   Jeu 4 Avr - 17:21:11


La Newsletter 13/15 de l'AALEME


A rediffuser sans modération.


Camerone 2013 de l'AALEME.


Le samedi 20 avril 2013 à 10H45 au mémorial Camerone au Crès.


Bulletin 13/01 de l'AALEME


A lire en ligne - Télécharger au format PDF

Il y a 150 ans, la Légion combattait à Camerone




Dimanche, 31 Mars 2013 11:15
30.03.2013 Christian
MORALÈS


Le village natal du capitaine Danjou se prépare à commémorer le
150e anniversaire de la fameuse bataille.



Le clairon du 4e RE de Castelnaudary assurera les sonneries.


Le souvenir de Camerone sera évoqué le samedi 13
avril
dans le village natal du Capitaine Jean Danjou, à l'occasion de la célébration du 150e
anniversaire
de la bataille, qui opposa les troupes mexicaines au corps
expéditionnaire français. Le programme de cette journée, qui aura
pour maître de cérémonie, le lieutenant-colonel Claude Canalès, a été
fixé comme suit :






A 9h00,
départ du Cross de Camerone, depuis
la prairie jouxtant le stade municipal. Plus de 500 légionnaires
équipés de leur "barda" battront la campagne chalabroise
sur un parcours de 7,5 km. Après une traversée de la rivière Hers, les
concurrents se dirigeront vers la colline du
Calvaire, avant un retour tracé sur les pentes de la Cigalière. Ils
devront alors franchir un nouvel obstacle naturel, en
l'occurrence la rivière Chalabreil, avant de rejoindre la rue du
Capitaine Danjou. Ils se trouveront au pied de la Terre-Blanche,
ultime
obstacle à franchir, avant une arrivée à la verticale du hameau du
Cazal.



A partir de 11h30, une messe sera
célébrée en l'église Saint-Pierre, par l'abbé Raymond Cazaban. A 15h00, une prise
d'armes se déroulera devant la mairie, cours Sully, suivie d'une cérémonie devant la maison natale du Capitaine Danjou. A
15 h 45, la cérémonie se déplacera jusqu'au monument aux Morts.



A 16h15, vin d'honneur sous la halle, avec les
interventions du colonel Yann Talbourdel chef de corps du 4e Régiment Etranger, du lieutenant-colonel Jean-Paul Bustos,
président de l'AALE 11, de Christian Guilhamat maire, et du représentant du préfet.






Tout au long de la journée (de 10 h à 18 h),

présentation de matériel sous la halle, exposition d'uniformes et
maquettes dans la maison du Capitaine Danjou. L' Amicale des
Anciens de la Légion étrangère proposera l'exposition du 70e anniversaire de la Bataille de Bir-Hakeim.



Le général Bernard Goupil s'est éteint




Mercredi, 03 Avril 2013 19:58 Publié le mercredi 03 avril 2013.

Le conseil des sages de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de
Marseille déplore la disparition soudaine de l'un de ses membres les plus influents en la personne du général de division (de
réserve) Bernard Goupil.



Elu en 1991 membre résidant de l'institution phocéenne dont il
occupait le fauteuil 12, Bernard Goupil en avait été le Chancelier en 1997, puis le directeur en 1998.



Le décès du général Goupil plonge également
dans le deuil la grande famille de l'armée et plus particulièrement celle de la Légion étrangère. Ancien
Gouverneur militaire de Marseille, le général Goupil avait en effet commandé cette unité d'élite après
avoir été le chef de corps du fameux 2e REP (Régiment étranger de parachutistes), de 1972 à
1974.



Agé de 88 ans, Bernard Goupil présidait également le
comité d'éthique de la FSALE (Fédération des sociétés d'anciens de la Légion).



Saint-Côme-d'Olt. La stèle du souvenir inaugurée



Jeudi, 04 Avril 2013 07:32 Publié le 04/04/2013


Lors de l'inauguration de la stèle du 19 mars 1962./Photo DDM
Le
dimanche 24 mars, Saint-Côme a inauguré la stèle du
souvenir du 19 mars 1962 marquant le cessez-le-feu de la guerre
d'Algérie. à cette occasion, Paul Cayla, président de
l'Association d'anciens combattants, a rappelé les victimes de ce
conflit dont deux Saint-Cômois : Georges Guiral et Claude
Besombes.






«Georges
Guiral, tu es né à Ivry-sur-Seine en mars 1934. Tu
as pris le nom de Guiroux lors de ton engagement dans la Légion
étrangère, ce corps d'élite qui devait devenir pour
toi ta nouvelle famille. Âgé de 25 ans, tu tomberas le 11 mars 1959
au cours d'une opération de reconnaissance à
Thiaret où résidait le 2e Régiment de la Légion étrangère, à 230 km au
sud d'Oran, sur l'Atlas
tellien. Tu ne reviendras en terre rouergate qu'en janvier 1960 pour
reposer parmi les tiens au cimetière de La Bastide-d'Aubrac.






Claude
Besombes, tu es né à Ségur le 29 mars 1935.
Ensuite, avec tes parents, tu es venu à Lévinhac à Saint-Côme en 1946
qui est le berceau de la famille Besombes.
Après l'école DEOR d'Antibes, tu as rejoint avec le grade d'aspirant,
en Algérie, le 129e Régiment d'infanterie dans
l'Atlas tellien, comme pour Georges Guiral. Tu étais plus spécialement
chargé de la protection d'une station radio militaire
sur le mont Tessala. Le 14 décembre 1957 au matin, c'est en service
commandé, avec un camarade, l'aspirant Petit, commandant le
détachement des transmissions, sur le trajet menant à Sidi-Bel-Abes,
que vous êtes victimes d'un terrible accident en
conduisant une Jeep. Transporté d'urgence à l'hôpital d'Oran puis à
celui d'Alger, tu décéderas des
suites de tes blessures, le lendemain 15 décembre. Tes obsèques auront
lieu le 17 décembre, à Alger, puis ton cercueil
sera déposé provisoirement à Maison-Carrée avant que ton corps soit
rapatrié à Saint-Côme
où tu reposes désormais auprès des tiens.»



La Dépêche du Midi
Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...


MatWatches : série spéciale Légion Etrangère
Saint-Côme-d'Olt. La stèle du souvenir inaugurée
La Vierge est allée à la rencontre du Ressuscité
Inauguration du Mémorial Camerone au Crès, le 17 janvier 2009.
Obsèques du Général de Division (2S) Bernard GOUPIL‏
Le général Bernard Goupil s'est éteint
Le 4e R.E "au contact" à Revel
La Légion étrangère débarque en ville
Camerone 2013 de l'AALE de Sète.
acl26
Édito Képi blanc
Mot du rédac'chef N° 753
French Foreign Legion History in Pictures
Bulletin 13/01 de l'AALEME
Bulletins 2013
TIM N° 242
Mariage du Légionnaire
Il y a 150 ans, la Légion combattait à Camerone
La Newsletter 13/14 de l'AALEME



La Légion étrangère débarque en ville




Mercredi, 03 Avril 2013 19:42

03/04/2013


Le premier article du code du légionnaire : "Légionnaire, tu es un volontaire, servant la France avec honneur et
fidélité." (© D.R)
L'exercice
est plus coutumier dans le Lauragais, ce qui explique sans doute
la foule importante de curieux venus assister à la remise des képis
blancs à 58 engagés volontaires, sacrés
légionnaires sur la Place de la République. "C'est un moment que vous
n'oublierez jamais", a dit leur chef de compagnie aux
nouveaux Légionnaires. Pour la plupart d'entre eux, c'est
l'aboutissement d'un long cheminement, celui entamé de leur pays
d'origine jusqu'en France jusqu'aux trois semaines de formation
intensive dans l'Aude. Régulièrement, le 4e
Régiment étranger de Castelnaudary, régiment de formation, intègre de
jeunes engagés volontaires au terme de
trois semaines de service incluant un séjour en "ferme" (le groupe
d'hier a séjourné à la ferme du Cuin entre
Fanjeaux et Mirepoix) et une marche de 50 km, la veille de la
cérémonie. Le képi blanc coiffé lors de cette
cérémonie signifie l'entrée dans la "famille de la Légion" de ces
jeunes personnes, auxquelles la Légion
offre une seconde chance. Parmi les 58 engagés volontaires figuraient
ainsi 27 nationalités différentes, des pays de l'Est
essentiellement, mais aussi d'Afrique du Sud, d'Asie, d'Afrique.
Confidence d'un officier : dans ce groupe il y avait même un ancien
SDF
américain, venus de ses propres moyens jusqu'au centre de recrutement,
"et personne ne sait comment il a pu traverser l'Atlantique...». Ces
parcours
difficiles expliquent la joie exprimée hier sur la place de la
République, sous les yeux du chef de corps, le colonel Talbourdel, du
préfet de l'Aude Eric Freysselinard, du sous-préfet de Limoux
Sébastien Lanoye et du député-maire Jean-Paul
Dupré. Il n'était pas encore là pour l'entendre hier matin, mais le
capitaine mettant en place ses hommes en amont de la
cérémonie lui a rendu un bel hommage. On sait moins que Jean-Paul
Dupré est à l'origine, avec d'autres
députés, du décret de loi de 1999 instituant la naturalisation
française "par le sang versé". Ce qui
justifiait le choix de Limoux pour cette cérémonie. Plusieurs écoles
de la ville ont assisté à la remise des
képis blancs. Une équipe de TF1 a filmé la cérémonie, dont on
retrouvera les images dans un "20 h" de la
chaîne, le 29 ou le 30 avril.



Le 4e R.E "au contact" à Revel



Mercredi, 03 Avril 2013
19:48

Le 03 avril










La ville de Revel a connu ce matin un réveil en
sursaut. Le 4e Régiment Etranger de Castelnaudary a pris possession d'un quartier entier, pour y déloger
des insurgés, cachés. Des hommes grimés, en tenues de camouflage, des véhicules légers blindés,
croisaient ensuite les habitants qui se rendaient au travail. Au 4e R.E on appelle ça un «raid de synthèse».
Dans les rues de Revel hier matin, deux sections en formation au régiment, soit 80 hommes ont investi la ville pour restituer
ce qu’ils ont appris en matière de combat durant leur formations de 2 et 4 mois.






Cette manœuvre était également
filmée par une équipe de TF1, qui diffusera un reportage le 29 ou 30 avril, au 13 h et au 20 h, pour marquer le 150e
anniversaire de "Camerone", la fête emblématique de la Légion étrangère.



MatWatches : série spéciale Légion Etrangère




Jeudi, 04 Avril 2013 07:41

Mercredi 3 Avril 2013

MatWatches, la marque horlogère française
spécialisée dans les montres pour l’armée vient de dévoiler une nouvelle pièce qui a été
imaginée en hommage à la Légion Etrangère. Un garde-temps en acier, puissant, imposant et massif, étanche
à 300 mètres, doté d’un calibre mécanique automatique et d’un bracelet réalisé dans le cuir
du « tablier du pionnier » par ABP. Une montre rare, aux finitions impeccables, qui ne sera produite qu’à 150
exemplaires.






MatWateches Légion Etrangère


La Légion étrangère est sans doute le corps
d'armée le plus prestigieux de l'Armée française. Ou en tout cas, celui qui véhicule le plus d’histoires et de
traditions.






Le code d'honneur du légionnaire, dont la devise est « Honneur
et Fidélité », dicte à lui seul la conduite de ces hommes au quotidien ; en temps de guerre comme en temps de paix...






Les valeurs qu'incarne ce corps d’armée d’exception se
traduisent notamment à travers certains détails vestimentaires comme les emblèmes, les symboles spécifiques, les chants
et les musiques.






A l'occasion du 150e anniversaire du fameux combat de Camerone en
1863 (voir encadré ci-dessous), la marque horlogère française MatWatches,
spécialisée dans les montres pour l’armée, vient de créer deux montres originales : une automatique
éditée en série limitée de 150 exemplaires et un chronographe quartz précis au 1/20e de seconde.






Rappelons que les pionniers de la Légion étrangère
forment une unité de traditions. Ils défilent en tête des troupes lors des prises d'armes et portent barbe, tablier de
buffle et hache à l'épaule. C'est d’ailleurs la seule unité de ce type en service au sein de l'armée
française.







Certains régiments de la Légion étrangère
disposent encore, ponctuellement ou en permanence, de groupes de
pionniers. La section de tradition se trouve au 1er régiment
étranger d'Aubagne. C'est elle qui ouvre le défilé des troupes de la
Légion lors du défilé militaire du
14 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. C'est aussi elle qui est
employée, lors des cérémonies de
commémoration de la bataille de Camerone, le 30 avril, pour encadrer
le porteur de la main de bois du capitaine Danjou.






Si les défilés de la Légion sont ouverts par cette
unité, c'est pour maintenir cette tradition des sapeurs « ouvrant la route », toujours devant, à la peine, comme
à l'honneur. Par ailleurs, c'est aussi une manière d'honorer les sous-officiers, puisque c'est l'un d'eux qui défile en
tête de tous les éléments de la Légion étrangère.












La tenue spécifique des Pionniers :



La hache : elle servait autrefois à briser les obstacles de bois dressés par l'ennemi. À l'origine, il en
existait six à pics et sept à marteaux.




Le tablier de cuir : le tablier avait initialement pour fonction de protéger les sapeurs des éclats de bois et de
limiter les risques d'éventration sur les obstacles en cas de chute. Il est de couleur fauve (naturel).




Les gants à crispin : ces gants blancs à manchons de protection (les crispins) servaient à protéger
les mains et poignets lors des travaux d'abatage.




La barbe : comme les pionniers montaient à l'assaut
en premier, leur espérance de vie était très
faible. De ce fait, ils avaient le droit, lorsqu'ils partaient au
combat, de ne pas se raser et revenaient barbus lorsqu'ils
survivaient. Le
port de la barbe est devenu obligatoire, à la Légion étrangère, en
1844.





Rappelons que MatWatches est une entreprise horlogère artisanale basée à Paris particulièrement pointilleuse
sur les finitions, les composants et les matériaux employés. Rien n’est laissé au hasard. L'idée de créer
une montre reprenant les codes de la Légion étrangère est le fruit d'une réflexion sur le rapport au temps. La tradition de la commémoration qui perdure depuis 150 ans est donc
l'occasion de souligner que la Légion Etrangère est et reste solidaire de ses hommes dans le temps.





Deux modèles ont été créés :



Tout d’abord, une montre « prestige » automatique en édition
limitée et officielle « Légion étrangère » qui s'inscrit dans les codes intemporels de la montre
militaire : bracelet cuir, boîtier acier massif, lisibilité et simplicité du cadran et détails évoquant les codes
de cette institution d'élite. D’autre part, une montre chronographe à quartz pouvant satisfaire le plus grand nombre tant
par ses fonctionnalités que par sa robustesse, son design très militaire (et son prix attractif).





Le modèle mécanique « série officielle » sera réalisé en édition limitée
à 150 exemplaires. Le design est épuré et la robustesse de son boîtier en acier brossé (316L) est
éprouvée. Son verre saphir inrayable et son mécanisme automatique garantissent la longévité de ses
fonctionnalités. Les aiguilles et les chiffres sont traités au Superluminova. A noter la flamme de la Légion Etrangère
qui apparait à 6 heures et les détails spécifiques aux couleurs officielles vert (trotteuse) et rouge (mention «
série officielle ») de ce corps d’élite.





A noter également son bracelet en cuir taillé dans un véritable
tablier de Pionniers de la Légion
Etrangère ! Une excellente idée qui permet d’intégrer à ce modèle une
dose d’authenticité
incomparable. De plus, ce bracelet-montre est produit (cousu main)
par l’un des meilleurs spécialistes ! En effet, MatWatches a
confié cette mission à ABP (Atelier du Bracelet Parisien). Enfin, un
message signé du Général commandant la
Légion étrangère témoigne de ce partenariat. Il accompagne chaque
montre numérotée et gravée,
renforçant ainsi le caractère unique de cette série (disponible
autant pour le grand public que pour les militaires).




En savoir plus sur la Légion Etrangère








La Légion étrangère est un corps de l'armée de terre
française. Formée en 1831 pour permettre l'incorporation de soldats étrangers dans l'armée française, une
partie de ses unités a fait partie, jusqu'en 1962, fin de la période coloniale, du 19e corps d'armée, noyau de
l'Armée d'Afrique.






Les légionnaires,
aussi appelés les Képis blancs, ont acquis leur
prestige lors des combats menés sur les champs de bataille du monde
entier, notamment dans le cadre des conquêtes coloniales, des
deux guerres mondiales, et les guerres d'Indochine et d'Algérie.






La Légion étrangère est maintenant composée de 11 formations
composées comme suit : trois régiments d'infanterie dont : 1 régiment d'infanterie parachutiste : le 2e REP,
deux régiments d'infanterie : le 2e REI et le 3e REI (Guyane) ainsi que d’un régiment de blindés
légers : le 1er REC, deux régiments de génie le 1er et 2e REG, 13e DBLE (Abu Dhabi),
le 1er RE situé à Aubagne, la formation au 4e RE à Castelnaudary, Le GRLE pour le recrutement et la
formation à Nogent sur Marne et le DLME (Mayotte).






L’armée française assiégeait Puebla. La Légion avait pour
mission d’assurer, sur cent vingt kilomètres, la circulation et la sécurité des convois. La 3e
compagnie
du Régiment étranger fut désignée mais elle n’avait pas d’officier
disponible. Le capitaine Danjou en
prend lui-même le commandement et les sous-lieutenants Maudet,
porte-drapeau, et Vilain, payeur, sec joignent à lui volontairement.






Le 30 avril, à
1 heure du matin, la 3e compagnie, forte de trois officiers et
soixante deux hommes, se met en route. Elle avait parcouru environ
vingt kilomètres, quand, à 7 heures du matin, elle
s’arrête à Palo Verde pour faire le café. À ce moment, l’ennemi se
dévoile et le combat
s’engage aussitôt. Le capitaine Danjou fait former le carré et, tout
en battant en retraite, repousse victorieusement plusieurs
charges de cavalerie, en infligeant à l’ennemi des premières pertes
sévères. Pendant que les hommes organisent
à la hâte la défense de l’auberge de Camerone, un officier mexicain,
faisant valoir la grosse supériorité
du nombre, somme le capitaine Danjou de se rendre. Celui-ci fait
répondre : « Nous avons des cartouches et ne nous rendrons pas
».






Puis, levant la main, il jura de se défendre jusqu’à la mort et fit
prêter à ses hommes le même serment. Il était 10 heures. Jusqu’à 6 heures du soir, ces soixante hommes, qui
n’avaient pas mangé ni bu depuis la veille, malgré l’extrême chaleur, la faim, la soif, résistent à
2.000 Mexicains : huit cents cavaliers, mille deux cents fantassins.



À midi, le capitaine Danjou est tué d’une balle en pleine poitrine.
À 2 heures, le sous-lieutenant Vilain tombe, frappé d’une balle au front. À ce moment, le colonel mexicain
réussit à mettre le feu à l’auberge. Les Mexicains vont donner l’assaut général par les
brèches qu’ils ont réussi a ouvrir, mais auparavant, le colonel Milan



adresse encore une sommation au sous-lieutenant Maudet ; celui-ci la repousse avec
mépris.






L’assaut final
est donné. Bientôt il ne reste autour de Maudet que
cinq hommes : le caporal Maine, les légionnaires Catteau, Wensel,
Constantin, Leonhard. Chacun garde encore une cartouche ; ils ont la
baïonnette au canon et, réfugiés dans un coin de la cour, le dos au mur,
ils font face. À un signal, ils
déchargent leurs fusils à bout portant sur l’ennemi et se précipitent
sur lui à la baïonnette. Le
sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombent, frappés à mort.
Maine et ses deux camarades vont être
massacrés quand un officier mexicain se précipite sur eux et les
sauve. Il leur crie : « Rendez-vous ! »






« Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos
blessés et si vous nous laissez nos armes ». Leurs baïonnettes restent menaçantes. « On ne refuse rien à des
hommes comme vous ! », répond l’officier. Les soixante hommes du capitaine Danjou ont tenu jusqu’au bout leur serment.
Pendant 11 heures, ils ont résisté à deux mille ennemis, en ont tué trois cents et blessé autant. Ils ont par
leur sacrifice, en sauvant le convoi, rempli la mission qui leur avait été confiée.






L’empereur Napoléon III décida que le nom de Camerone serait inscrit sur
le drapeau du Régiment étranger et que, de plus, les noms de Danjou, Vilain et Maudet seraient gravés en lettres d’or
sur les murs des Invalides à Paris. En outre, un monument fut élevé en 1892 sur l’emplacement du combat. Il porte
l’inscription : « Ils furent ici moins de soixante opposés à toute une armée, sa masse les écrasa. La vie
plutôt que le courage abandonna ces soldats Français le 30 avril 1863. à leur mémoire, la patrie éleva ce
monument »






Depuis, lorsque les troupes mexicaines passent devant le monument, elles présentent les
armes. »





Spécificités techniques des deux modèles MatWatches Légion Etrangère





MATWATCHES AG6 LEGION ETRANGERE



Mouvement automatique ETA 2824


Verre saphir de 4 mm


Boîte acier 316L


Etanchéité 300m


Cadran et aiguilles exclusifs


Couronne et fond vissés


Bracelet exclusif taillé du même cuir que le tablier de Pionnier


Livré dans son écrin avec bracelet supplémentaire en toile


Edition limitée 150 pièces





MATWATCHES TIMER OPS LEGION ETRANGERE


Mouvement chronographe quartz


Verre minéral renforcé


Boite acier 316L traité PVD


Etanchéité 200m


Cadran et aiguilles exclusifs


Bracelet tactique en toile


Livré dans son écrin avec bracelet supplémentaire en cuir







Historique des unités de la légion étrangère pendant
la guerre de 1914 - 1918 (1922)




Samedi, 01 Septembre 2012 10:46


AG de la SAMLE le 23 mars 2013.



Dimanche,
31 Mars 2013 04:39
S'inscrire à la Newsletter de l'AALEME, envoyer un courriel à


aaleme@live.fr

Revenir en haut Aller en bas
Petitpère
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin DATE D' INSCRIPTION : 26/05/2012

MessageSujet: Re: La Newsletter 13/15 de l'AALEME   Ven 5 Avr - 9:08:10

Bonjour,
Merci pour l'information.
Cordialement,
Yves
Revenir en haut Aller en bas
 
La Newsletter 13/15 de l'AALEME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Newsletter 13/11 de l'AALEME
» La Newsletter 14/02 de l'AALEME
» La Newsletter 13/20 de l'AALEME
» La Newsletter 13/19 de l'AALEME
» La Newsletter 13/17 de l'AALEME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: MEDIATEQUE DU FORUM :: La Newsletter de l'AALEME-
Sauter vers: