LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le FELIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petitpère
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin DATE D' INSCRIPTION : 26/05/2012

MessageSujet: Le FELIN    Dim 21 Juil - 7:58:48

Bonjour,

Le FELIN pèse lourd pour les parachutistes.

17 juillet 2013 – 11:59
       
“Souple, félin, manoeuvrier”. Telles sont les caractéristiques que l’on prête aux parachutistes français. En est-il de même quand ils sont dotés du système FELIN (Fantassin à équipements et liaisons intégrés)? Le député (UMP) François Cornut-Gentille, passé de la commission de la Défense à celle des Finances, a posé cette question par écrit au ministre de la Défense.
Développé par Sagem DS, le FELIN permet aux combattants d’interagir avec la chaîne de commandement lors d’une opération, grâce à différents équipements informatiques, électroniques et optroniques, le tout en leur offrant une protection balistique accrue.
“Cet équipement technologique (ndlr, le Felin) équipe progressivement l’ensemble des régiments d’infanterie de l’armée de Terre. Son poids et son encombrement constituent un sujet permanent de préoccupation. Ils peuvent être un obstacle à son emploi par des troupes aéroportées”, a avancé le parlementaire, avant de demander au ministre de lui donner des éléments concernant les premiers retours d’expérience (RETEX) de l’emploi de ce système et l’EPC (Ensemble de parachutage du combattant, pour faire simple, le nouveau parachute) par les unités parachutistes.
La question du député Cornut-Gentille est pertinente : en juillet 2012, le général Ract-Madoux, le chef d’état-major de l’armée de Terre, avait pointé la masse trop importantes des équipements du FELIN. “Il pèse lourd, quel que soit le matériau utilisé”, avait-il expliqué devant la commission Défense de l’Assemblée nationale. “En Afghanistan, on a atteint certaines limites puisque des soldats portaient jusqu’à 50 kilos sur le dos, par 40 degrés à l’ombre. La préparation sportive et musculaire a d’ailleurs été adaptée en conséquence”, avait-il précisé.
Jusqu’à présent, le couple FELIN/EPC n’a jamais été utilisé dans un contexte opérationnel et c’est avec du matériel d’ancienne génération, explique le ministère de la Défense dans sa réponse, que les légionnaires du 2e Régiment Etranger de Parachutistes (REP) ont sauté sur Tombouctou, en janvier dernier, dans le cadre de l’opération Serval, au Mali.
Cependant, des essais ont pu être effectués par le 8e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) à l’occasion de l’exercice Colibri, en septembre 2012. Et cela dans des “conditions d’emploi réelles”.
Il en ressort que “la charge et l’encombrement des parachutistes ralentissent les phases d’équipement et de vérification dans l’avion et au sol”, rendent “indispensable une préparation physique spécifique” et que le “fret d’une compagnie de parachutistes équipée du FELIN est supérieur à celui d’une compagnie non équipée de ce système.”
Et la différence est loin d’être négligeable puisqu’une compagnie doté du FELIN pèse 8,4 tonnes, contre 5,4 tonnes pour une compagnie qui n’en est pas équipée. Et cela peut “conduire à limiter à 40 le nombre de parachutistes prenant place à bord d’un aéronef de type Transall C160.”
Ce qui veut dire que pour projeter 120 parachutistes avec leur système FELIN, il faut non plus 2 mais 3 avions Transall ou C-130 Hercules.
En outre, le ministère indique que “quelques éléments restent néanmoins perfectibles”, comme “l’attache arrière de la coiffe du casque FELIN, identifiée comme fragile.” Une solution est en cours recherche cez Sagem DS pour y remédier.
Cela étant, le système FELIN, ajoute encore le ministère, perment de réduire la “vulnérabilité des parachutistes”, notamment en leur permettant de “communiquer sous voile, par le biais du bandeau radio”, ce qui donne la capacité au chef d’avion de “transmettre des ordres et, si nécessaire” de “modifier instantanément son dispositif sans être contraint d’attendre le regroupement au sol des parachutistes.”


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
theo dorin
ANCIEN LÉGIONNAIRE OU D'ACTIVE
ANCIEN LÉGIONNAIRE  OU D'ACTIVE
avatar

DATE DE NAISSANCE : 29/09/1961
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 17/12/2011

MessageSujet: Re: Le FELIN    Dim 21 Juil - 9:29:27

dur dur le nouveau materiel

......................................................................................
légio patria nostra

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Le FELIN    Sam 25 Jan - 18:27:49

Le Félin (fantassin à équipement et liaisons intégrées) est un système combattant. Les équipements dont sont actuellement dotés les combattants débarqués au contact présentent certaines carences (observation et emploi des armes de jour comme de nuit, aides au tir, moyens de communication, de protection). Mais plus encore que les performances individuelles de chacun des équipements dont dispose le fantassin, c'est l'absence de cohérence et d'intégration sur le combattant qui pénalise son efficacité au combat. L'idée d'un système combattant est donc née de la nécessité de rompre avec une logique d'équipement incrémentale qui durait depuis toujours. L'ensemble doit être mot interditçu comme un système d'arme intégré, organisé autour de l'homme et destiné à optimiser ses capacités naturelles.
Cette notion a guidé la préparation du programme : l'enjeu n'était pas d'améliorer de façon significative un nombre réduit mais fondamental de performances spécifiques (par exemple : tirer plus loin, plus vite, plus précisément), mais d'identifier pour l'ensemble des fonctions à satisfaire quelles seraient les technologies disponibles à un coût unitaire abordable (il y a en effet une série importante de systèmes à fabriquer), et d'imaginer la meilleure façon d'architecturer un système pour intégrer ces fonctions.
Les études amont préparatoires ont porté sur :
- la communication ;
- l'observation (de jour comme de nuit, en recherchant l'augmentation des portées) ;
- la protection (discrétion : visuelle, acoustique et électromagnétique, protection contre les agressions) ;
- l'autonomie en énergie du système ;
- la mobilité (masse du système, ergonomie, aide à la localisation et à la navigation).
La phase de démonstration du programme a été conduite de 1997 à 2000. Un démonstrateur (ECAD - équipement du combattant débarqué) constitué de onze systèmes individuels, de moyens spécifiques pour le chef de groupe, et d'un aménagement intérieur d'un VAB, donc permettant d'équiper un groupe de combat, a fait l'objet de plusieurs expérimentations opérationnelles dans le premier semestre 2000, réalisées au sein des 110e et 35e régiments d'infanterie. Les efficacités comparées de deux groupes de combat (un groupe standard et un groupe ECAD), lors de multiples exercices, ont mis largement en évidence un gain de capacité opérationnelle apporté par le système, alors même que le démonstrateur n'avait pas été optimisé en masse ni en volume.

Description
Le Félin a été inscrit sur la liste des programmes d'armement lors de son entrée en phase de définition, en 2001.
Cette dernière a eu deux objectifs :
- reprendre totalement la conception du système en rompant avec la définition du démonstrateur ; l'objectif consistant à tirer le meilleur profit possible des enseignements des travaux de préparation et de démonstration ;
- mettre en concurrence les industriels français et européens ayant la capacité d'assurer la maîtrise d'oeuvre du programme.
A l'issue de cette mise en concurrence, la DGA a notifié le marché de réalisation du système FELIN le 1er mars 2004, à la société Sagem.
Ce marché couvre le développement, l'industrialisation, la fabrication de série de 31 445 systèmes individuels Félin, ainsi que leur maintien en condition opérationnelle durant deux années.
La répartition des ces équipements au sein des forces est la suivante :
- infanterie : 22 588 systèmes ;
- arme blindée cavalerie : 2 801 systèmes ;
- génie : 3576 systèmes ;
- artillerie : 2480 systèmes.
Le livre blanc de 2008 et loi de programmation militaire 2009-2014 ont réduit la cible totale du programme à 22 588 systèmes pour l'ensemble des unités au contact.
Félin est un ensemble complet d'équipements mot interditçu comme un véritable système d'arme et organisé autour de l'homme.
Félin améliore de façon significative les capacités et la réactivité du fantassin dans l'exécution de ses actes réflexes. Le combattant peut traiter de jour comme de nuit et en temps réel les objectifs observés. Au sein de la section d'infanterie, le système facilite l'organisation des réseaux de communication. La capacité de transmission de données, d'images vidéo en plus de la phonie permet d'améliorer le rythme de l'action. La protection balistique des combattants est optimisée, les équipements spécifiques de protection NBC ne réduisent pas les performances opérationnelles du combattant.
Les qualités d'ergonomie, de fiabilité de robustesse et de simplicité d'utilisation sont optimisées. Le système peut être supporté par les combattants dans des conditions climatiques difficiles.
Le système Félin s'intègre dans le système de forces et dans la chaîne de systèmes d'information et de commandement en service.
Il est évolutif pour s'intégrer dans la bulle opérationnelle aéroterrestre.
La DGA a livré les premiers exemplaires en 2010. Chaque année quatre nouveaux régiments en sont équipés. Les derniers Félin seront livrés en 2015.

Fiche technique
On peut distinguer trois grands systèmes :
Le système individuel qui se compose des six sous-systèmes :
- les vêtements et protection ;
- la plate-forme électronique portable (PEP) ;
- les sources individuelles d'énergie ;
- les armes équipées ;
- l'équipement de tête ;
- le réseau d'information Félin.
Les systèmes spécifiques qui comprennent :
- le SIT du combattant débarqué et son boîtier d'interfaces de communication (BIC) ;
- les jumelles infrarouge multifonction à moyenne portée.
Les systèmes collectifs qui comprennent :
- les moyens de rechargement collectifs des batteries individuelles ;
- les kits véhicules qui permettent l'alimentation en énergie des combattants embarqués et le rechargement des batteries.

Architecture industrielle
A l'issue d’une mise en concurrence, la DGA a notifié le marché de réalisation du système FELIN le 1er mars 2004, à la société Sagem.
Ce marché couvre le développement, l'industrialisation, la fabrication de série des systèmes individuels Félin, ainsi que leur maintien en condition opérationnelle durant cinq semestres.
Sagem fait appel à environ 25 sous-traitants français, européens et internationaux sur l'ensemble des différents aspects du programme.

Equipements et munitions
Systèmes individuels
Les vêtements et protections :
- La tenue de combat de base possède une coupe ample permettant des mouvements aisés. Des poches à soufflets autorisent une bonne capacité d'emport. Le matériau (tissu) possède de bonnes caractéristiques mécaniques, tout en conservant une bonne perméabilité à l'air. Les fibres (aramide / viscose FR) offrent une protection contre le feu et une bonne tenue aux lavages.
- Le gilet pare-éclats permet de recevoir :
- la protection balistique souple ;
- la protection balistique dure ;
- le gilet électronique ;
- la structure de portage.
- Le gilet électronique intègre l'électronique (boîtier calculateur, boîtier gestionnaire, radio, boîtier interface homme/machine, GPS, batteries, câbles et connecteurs), la gourde souple, les chargeurs Famas, les grenades et optimise la répartition des masses sur le combattant. Cet équipement est autonome et peut être utilisé seul.
- La tenue de combat NRBC s'apparente à une tenue de combat à port permanent. Elle est mot interditçue pour permettre la réalisation des phases de combat avec une efficacité équivalente à celle de la tenue classique.
La plate-forme électronique portable (PEP) constitue le coeur du système Félin. Elle est constituée de l'ensemble des ressources électroniques situées sur le gilet électronique (calculateur, gestionnaire d'énergie, interfaces équipements périphériques, interfaces utilisateur). Le système est architecturé autour d'un bus numérique de données USB 2.0. Ce choix d'un bus numérique haut débit ouvert ainsi qu'une connectivité étendue confèrent à la plate-forme électronique portable, et donc au système, une forte interopérabilité.
Des sources individuelles d'énergies : Des ports de connexion physiques situés à l'avant des boîtiers batterie permettent de recevoir des équipements périphériques.
L'arme de base du fantassin reste le Famas, qui sera transformé en Famas Félin. La Minimi (mitrailleuse légère da calibre 5,56 mm) et le FRF2 (fusil des tireurs de précision de calibre 7,62) recevront des lunettes de tir de nuit sans subir cependant de transformations.
Le Famas reçoit une interface homme/machine, une seconde poignée et une lunette de tir. Cette lunette possède un imageur jour, un imageur nuit (la lunette des grenadiers voltigeurs sera à intensification de lumière, et un combattant par groupe recevra une lunette thermique : IR non refroidi), un oculaire de restitution, un viseur clair pour le tir instinctif. La lunette intègre une caméra vidéo qui transmet les images reçues au système. Une liaison filaire relie l'arme au système.
La lunette Minimi est de technologie similaire à la lunette IR Famas. La lunette supporte ses interfaces homme/machine et intègre des moyens de communication radio avec le reste du système Félin.
La lunette du fusil de précision FRF2 est à base de capteurs infrarouges non refroidis, associés à une optique à grossissement adapté. Elle intègre également un télémètre et des moyens de communication radio.
L'équipement de tête comporte trois composantes : la protection de tête, le bandeau communicant et les équipements optroniques de vision déportée et de vision nocturne.
La coque balistique optimise la protection et l'ergonomie de portage (répartition des masses). Elle permet de recevoir des éléments missionnables (écrans de protection faciale) et sa forme est compatible avec toutes les positions de tir des armes équipées. Une visière de protection légère intégrée protège le fantassin contre différentes agressions (vent, pluie, poussières, UV). Le système Félin est compatible de la protection auditive missionnable de l'armée de terre réalisée par des bouchons d'oreille non linéaires.
Le masque NBC peut être équipé d'une cartouche filtrante ou être relié à la centrale de ventilation.
Une pipette intégrée au masque NBC permet l'absorption de liquides (eau, nourriture).
Le bandeau communicant est relié à la radio. Il assure les fonctions de microphone et d'écouteurs et fonctionne par transmission des vibrations osseuses (ostéophone). Il est indépendant du casque et permet donc de rester en communication dans les phases où le casque peut être retiré.
Les équipements optroniques sont composés d'une surcoque d'interface missionnable, qui supporte l'optronique, d'une optique de vision déportée escamotable (monoculaire permettant de visualiser les données et l'iconographie circulant sur le bus système, les images et la vidéo en provenance de l'arme ou de la caméra de tête) ou de jumelles de vision nocturne.
Le réseau d'information du fantassin (RIF) permet le partage d'informations au sein de la section d'infanterie. Chaque poste radio peut assurer simultanément l'abonnement à deux réseaux. Ceci procure de la souplesse pour le chef de section dans l'organisation des réseaux de communication de sa section. Chaque réseau dispose d'un canal audio de conférence, avec priorité au chef de groupe, d'un canal d'alerte d'un grenadier voltigeur vers le chef, et d'un canal de transmission de données.
La transmission de la voix et des données s'appuie sur la technologie civile éprouvée DECT (technologie des téléphones domestiques sans fil). Chacun des sous-réseaux fonctionne avec une base portée par le chef de groupe. Les postes du RIF étant cependant tous identiques, un combattant peut remplacer son chef de groupe si nécessaire en configurant son poste en base.
Le poste radio est configuré par le calculateur Félin, ce qui limite les boutons de commande nécessaires sur le poste.
Les équipements spécifiques
Le système d'information terminal (SIT) du combattant débarqué est composé d'un logiciel supporté par le calculateur, une interface homme - machine, et un boîtier d'interfaces de communication connecté à un poste radio PR4G VS4 portable.
La jumelle infrarouge multifonction pour chef de groupe est basée sur la technologie IR non refroidi.
Les équipements collectifs
Un moyen de rechargement collectif assure le rechargement des batteries individuelles des combattants. Il est basé sur la technologie des piles à combustible métal/air de type aluminium/air.
Des kits véhicules (VBCI et VAB) ont une architecture commune et sont mot interditçus pour être aisément intégrables dans les véhicules, pour assurer l'alimentation électrique des systèmes des combattants embarqués.

Pays équipés
Au niveau de l'armée française la cible du programme est de 22 588 systèmes individuels Félin.
A ce jour, Sagem participe au projet IMSS de la Suisse en exploitant certains sous-ensembles de Félin tels que la lunette d'arme.
De nombreux pays sont intéressés par l'approche système suivi par Félin.
Sources : DGA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le FELIN    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le FELIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA FEMME QUI VOULAIT RESSEMBLER A UN FELIN
» TITUS CANICHE M 9 ANS ASSO FELIN POUR L'AUTRE DPT 24
» Je quitte le Clan, je quitte la forêt. (libre)
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Des Retrouvailles inattendu...[PV Reve du passé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: LES LIEUX DE GARNISONS DE LA LEGION ETRANGERE - LES MONUMENTS ET CONSTRUCTIONS DE LA LEGIONS - LES ARMES ET VÉHICULES DIVERS :: LES ARMES ET VEHICULES DIVERS FRANCAIS - LES ARMES ETRANGERES :: ARMES INDIVIDUELLES-
Sauter vers: