LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Bonjour,
Bienvenue sur le forum : http://http://www.camerone.net. Ce Forum est RESERVE aux Légionnaires de tout Grade et les Membre d'une Amicale de la Légion . IMPORTANT, dés votre connexion au forum vous devrez . REMPLIR COMPLETEMENT votre profil et vous présenter aux membres et émarger lma charte(dans les 48h) pour officialiser votre inscription Et surtout remplir complétement le profil A DÉFAUT VOTRE INSCRIPTION SERRA SUPPRIMÉE .
AMITIÉS LÉGIONNAIRES

LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

LA LEGION ETRANGERE , SON HISTOIRE , SES TRADITIONS ET SES AMICALES
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Des Archéologues.Le début du 2e Etranger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHRISTIAN CLAISE
WEB MASTER DU FORUM
WEB MASTER DU FORUM
avatar

DATE DE NAISSANCE : 08/09/1954
Masculin DATE D' INSCRIPTION : 13/11/2011

MessageSujet: Des Archéologues.Le début du 2e Etranger.   Lun 25 Nov - 20:49:07

Des Archéologues.Le début du 2e Etranger.

Le 22 août 1851 l’académie des inscriptions et belles lettres décerne une médaille de satisfaction au Colonel Carbuccia commandant le 2e Régiment de la Légion Etrangère a qui il la décerne pour c’est travaux durant c’est dix dernières années. Le chef de l’académie va conclure son discour par ceci « Les recherches du 2e Régiment de la Légion Etrangère ont procuré la connaissance de plus de quarante villes ou positions romaines de Castra de Castalla ou postes fortifiés. Ce travaille l’œuvre du régiment tout entier : C’est a ce corps qu’en revient tout le mérite. Le simple soldat a coopéré comme les officiers au résultat commun. En arrivant au bivouac souvent après des marches forcées, il prenait la pioche et consacrait aux fouilles son temps de repos »


C’est en 1841 que le 2e Régiment est crée il est placer sous les ordres du Colonel Senllhes , trois bataillons le compose c’est derniers seront stationnés à Bone à Bougie et Djidjelli. C’ést la grande période de la guerre menée pendant sept ans contre Abd el Kader qui finira par ce soumetre fin 1847 ce dernier avait été un rude adversaire digne de ce qu’aime la Légion.

A son retour a Bone le 1er Bataillon ce voit la tache de travailler a la construction d’une route par le général Randon mais la raison principal de cet axe routier et de rendre facile l’accès de cette route vers les mines de fer qui firent la richesse de l’antique Hipone qui viennent d’être retroubée, mais il y a aussi la forêt et son précieux bois. Malgré la topographie ingrate il vont parcourir les 19 kilomètres en plusieurs mois il vont placer des bornes kilométriques dont certaines sont au musée de la Légion a Aubagne avec des plaquettes de pierres gravées au nom de Légionnaires anonymes, ce trouve aussi au musée la colonne qu’il ont érigées a l’entrée nord ouest de Bone.
Trophées ramené au départ de l’Algérie parmi tant d’autres rappelant la prouesse de leurs rude passé ! Un passé ou quand t’il quitterons ce Maroc et cette Algérie qui leurs est si cher beaucoup resterons justement dans cette terre qu’ils ont conquis par leur sueur et sang.
Pour beaucoup qui n’y croient pas l’arrivée de cette nouvelle Légion sur cette terre Africaine, constitue un renouvellement des traditions, ainsi que l’esprit qui animait l’ancienne Légion la romaine cela va s ‘en dire bien sure. Alors en 1831 va arrivé la continuité comme si les traditions de conquêtes, de reconstructions et de pacifications n’avait jamais disparues ! L’esprit des légionnaires planait a nouveau sur ces terres hostiles, seuls différences mais si peu importantes les sous officiers ne s’appelaient plus décurion et les officiers centurion, une chose est certaine il devenaient les gardiens de cette Afrique des Prétoriens sûrement ! Pour le prouver pas besoin de répéter tout ce qu’ils ont entrepris. Un éléments va intervenir pour qu’ils partent sur le passé des romains et des Légions romaine la rencontre d’un officier féru d’Archéologie et qui est de sursoit leur chef de bataillon le colonel Carbuccia ensembles ils vont prouver qu’ils sont bien les dignes descendant des Légionnaires Romain.

Ensé et Aratro : la force conquiert et la charrue féconde. Carbuccia est un homme de grande culture il fréquente les descendants des Thraces, Pannoniens, Sambres, Dalmates, et des gaulois il ce renseigne sur les empires disparus on peu vraiment dire qu’il est féru d’archéologie, cette passion il va la transmettre a ses Légionnaires ou il va trouver une complicité inattendue. De ses collaborateurs il dira aussi
Carbuccia disait « J’avais dans mon régiment des architectes, des ingénieurs, des artistes. Quand j’avais besoin d’un savant , d’un écrivain, ou d’un peintre, je le demandais par la voie de l ‘ordre et le lendemain matin, les sergents-majors m’apportaient dix noms au lieu d’un.. » Quoi de plus étonnent toutes c’est découvertes effectuée par de t’elles hommes. Qui dit Légion cherche Légion, les voilà partis sur les traces de la Légion « Tertia Augusta Vengeresse » ainsi appelée pour avoir lavé l’humiliation du massacre des Légion du Général Varus dans l’immense forêt de Teuteborg en Germanie ! Rome est a son apogée a cette période.
Cette Légion romaine est en cantonnement à Lambèsse, au pied du massif aurasien ou la tribus des Gétules ce sont réfugiés, c’est derniers sont instables et toujours sur pieds de guerre, leur refuge est pratiquement imprenable mais ils y sont bloqués aussi. Certains de l’emplacement de cette ancêtre Légion, ce n’est donc pas étonnent que Carbuccia et ses Légionnaires de tout grade suivent aussi dans le grad projet de fouilles entrepris par cet officier, c’est donc a Lambèsse qu’ils ont tous rendez vous avec l’histoire. Carbuccia va dévoré des tonnes de livres, notamment de ceux de savoir effectués. Roger de Bauvoir dans son livre révèle les propos suivant du Colonel qu’il ne fut jamais embarrassé pour faire des fouilles dans l’antique Lamboesis. Comme il le dit plus haut il avait aussi des hommes de valeurs sous la main. Revenons un peu en arrière. Dés qu’ils arrivent a Lambèsse le feu sacré et la complicités vont passé entre l’officier et le 2e Etranger une sorte de communion passe entre eux envers c’est légionnaires disparus de la Légion Tertia Augusta Vengeresse.

Découvrant un édicule en ruine près de l’ancien camps romain ils vont le réparer et le redressé en suite ils vont défilé devant lui rendant les hommages en faisant cela devant le tombeau du Préfet Quintus Flavius Maximus ces hommes renoue autantiquement avec leur passé antique, la raison de l’histoire renoué est présente a jamais. Convenons humblement que les seuls faits de ces hommes est un grand pas dans l’histoire du monde. Il est parfois triste que l’on disent de ces hommes admirables ne sont que des barbares ! Remercions aussi le Colonel Carbuccia qui un jour deviendra général pour les services rendu a la fois aux patrimoines mondiaux mais aussi d’avoir prouver que la Légion étrangère ne sert pas qu’a tuer !
Revenir en haut Aller en bas
 
Des Archéologues.Le début du 2e Etranger.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'expérimentation archéologique
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» Journal d'un archéologue [PV]
» Enquête Archéologique (libre)
» Webzine sur l'archéologie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA LEGION ETRANGERE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI :: LES REGIMENTS ET UNITES DE LA LEGION ETRANGERE :: 2° R.E.I. :: HISTORIQUE-
Sauter vers: